Synthèse hebdomadaire de la presse du 12 au 18 septembre 2020

Faits marquants

-  Croissance de l’épidémie qui dépasse les 4000 cas de Covid-19 : la Birmanie est désormais le 5ème pays le plus touché de la zone ASEAN, devant la Thaïlande ;

-  Confinement de la ville de Ruili en Chine, important point de passage commercial entre la Birmanie et la Chine ;

-  Déploiement de troupes birmanes le long de la frontière entre la Birmanie et le Bangladesh suscitant le mécontentement des autorités bangladaises.

Covid-19

-  La croissance de l’épidémie se poursuit, avec plus de 4000 cas au 18 septembre. La Birmanie est désormais le 5ème pays le plus touché de la zone ASEAN, devant la Thaïlande.

-  Rangoun demeure la région la plus touchée avec 2465 cas le 18 septembre. Les autorités de l’administration générale (GAD) de chaque township ont bloqué les rues afin de contrôler toutes les entrées et les sorties. Les marchés très fréquentés, tels que Mingala Market ou Yuzana Plaza sont désormais fermés, et ce jusqu’à la fin du mois.

-  Face à la démultiplication du nombre de cas, un hôpital temporaire d’une capacité de 500 lits est en cours de construction au centre sportif de Thuwunna à Rangoun, grâce à la contribution de la Fondation Ayeyarwady.

-  Les autorités sanitaires de la région de Mandalay préparent l’hôpital général de Mandalay, d’une capacité de 300 lits, à accueillir des cas Covid-19, si l’hôpital de Kadawnady venait à saturer.

-  La Chine a imposé, le 15 septembre dernier, et pour une durée d’une semaine, un confinement à la ville de Ruili, dans la province du Yunnan, à la frontière avec la Birmanie, suite à la découverte de 3 cas Covid-19 dans la ville. Constituant un important point de passage commercial vers la ville de Muse en Birmanie, cette dernière craint les conséquences sur les exportations de biens vers la Chine, notamment le riz, le sucre ou encore le maïs. Selon le Ministère du commerce, les échanges commerciaux transitant par la ville de Muse représentent 3,4 M$ par jour.

Birmanie/Bangladesh

-  Les autorités bangladaises ont convoqué le 13 septembre l’Ambassadeur de Birmanie lui faisant part de leur mécontentement s’agissant du déploiement de troupes birmanes le long de la frontière avec le Bangladesh, notamment dans les environs du district de Maungdaw. Selon le Dakhatribune, jusqu’à 2500 soldats supplémentaires seraient déployés le long de la frontière, alors que les autorités bangladaises n’en auraient pas été informées au préalable. La Tatmadaw a, quant à elle, nié l’envoi de troupes additionnelles.
Le 17 septembre, le Ministère des Affaires étrangères birman a convoqué l’Ambassadeur du Bangladesh, expliquant que le récent mouvement de troupes le long de la frontière avec le Bangladesh correspondait à une rotation habituelle des troupes, et que les forces en présence avaient vocation à assurer la sécurité, notamment de toutes les communautés de l’Etat Rakhine. Le Ministère a assuré que ces mouvements militaires n’étaient nullement dans le but d’intimider ou de menacer le Bangladesh.

Elections générales

-  Le 15 septembre, le parti de l’opposition Union Solidarity and Development Party (USDP) et 24 autres partis politiques ont envoyé une lettre ouverte à la commission électorale de l’Union (UEC) afin de demander le report des élections générales compte tenu de la progression de la Covid-19.

-  L’UEC a rejeté lundi les demandes de report des élections générales, et a annoncé ajouter 600 bureaux de vote pour éviter les rassemblements de masse, si le virus continuait de se propager.

-  Le groupe New Mon State Party a annoncé, le 17 septembre dernier, que les activités de campagne électorale ne seraient pas autorisées sur le territoire qu’il contrôle, afin d’éviter la propagation de la Covid-19.

Processus de paix

-  Des combats ont eu lieu entre la Kachin Independence Army (KIA) et l’armée birmane les 11 et 12 septembre dans le township de Muse, au nord de l’Etat Shan. Suite à ces affrontements provoquant le déplacement de 280 habitants vers le village de Man Pying, la Tatmadaw a adressé une lettre à la KIA demandant le démantèlement de 2 camps de déplacés, estimant qu’ils empiétaient sur son territoire, selon l’accord de cessez-le-feu de 1994.

Rakhine

-  A l’occasion de la 45ème session du Conseil des droits de l’Homme à Genève, Michelle Bachelet, Haut-Commissaire aux droits de l’Homme, a indiqué que les exactions commises par l’armée birmane dans les Etats Rakhine et Chin pourraient constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité. Elle a exprimé de vives inquiétudes sur la disparition de preuves relatives aux opérations militaires depuis 2017 et sur l’absence d’avancée pour juger les responsables à l’origine de ces exactions, malgré l’annonce de la mise en place d’une Cour martiale par les autorités birmanes.

-  Les groupes de la société civile birmane ont demandé au gouvernement de libérer les 3 étudiants rakhines arrêtés le 9 septembre à Sittwe par la police pour avoir manifesté en faveur du rétablissement de la connexion d’Internet dans l’Etat Rakhine.

JPEG - 364.3 ko

Crédit : The Irrawady
Les habitants demandent à un marchand ambulant s’il appartient au township de Southokkalapa ou de Thingangyun. (Après l’annonce de « Stay at Home » dans la région de Rangoun le 9 septembre, les habitants de Rangoun ont barricadé leurs townships comme des territoires auto administrés)

publié le 18/09/2020

haut de la page