Synthèse de la presse Semaine du 28 mai au 4 juin 2021

Covid-19

Le Ministère de la santé du State Administrative Council (SAC) a placé plusieurs townships sous la restriction du Stay at Home : Tunzan (Etat Chin), Tamu et Kalay (région de Sagaing), en raison de la hausse de cas de Covid-19, qui serait plus importante dans ces Etats/régions frontalières de l’Inde. Le 3 juin, sur 1148 personnes testées, 122 étaient positives (8,34%). Les autorités du SAC ont prolongé les mesures de restrictions visant à lutter contre la Covid-19 jusqu’au 30 juin.

Rentrée scolaire

Selon la Myanmar Teacher Federation, environ 90% des élèves ont refusé de s’inscrire en vue de la rentrée scolaire 2021-2022. La plupart des écoles était déserte, excepté dans l’Etat Rakhine où 360 000 enfants se sont rendus à l’école, soit près de 100% des élèves.

Face à la multiplication des explosions touchant les structures liées au Ministère de l’Education, dont les écoles, l’UNICEF a publié le 3 juin une déclaration appelant toutes les parties à préserver les écoles des conflits, indiquant que la violence touchant les écoles était inacceptable.

Explosions

Les explosions se poursuivent quotidiennement, à Rangoun comme en province. Cette semaine, elles ont particulièrement touché les écoles. 3 explosions successives dans deux écoles ont été rapportées le 27 mai à Chaung Thar beach, dans la région d’Ayeyawaddy. Ce sont les premières explosions à proximité des plages touristiques.

Attaques

Les attaques ont particulièrement touché des administrateurs locaux, des personnes accusées d’informer les autorités militaires, ou des membres du parti de l’Union Solidarity and Development Party (USDP). Il est à noter qu’une enseignante qui ne participait pas au mouvement de désobéissance civile a été poignardée dans la ville de Pantanaw, région d’Ayeyawaddy.

S’agissant de l’USDP, plusieurs attaques meurtrières à l’encontre de ses membres sont à soulignées : le président du l’USDP pour le township de Bilin (Etat Mon), un membre du parti à Mohnyin (Etat Kachin) ou encore à Ingapur (région Ayeyarwaddy). Ils sont accusés d’être des informateurs des militaires, ou des collaborateurs du groupe « Pyu Saw HTee », formé pour contre le mouvement anti-junte. Dans ce contexte, le l’USDP a adopté le 28 mai une déclaration indiquant que le parti et ses membres choisiraient la voie de l’auto-défense.

CRPH/NUG

Le gouvernement d’unité nationale (NUG) a annoncé le 30 juin qu’il coopèrerait avec la Cour Internationale de Justice (CIJ) et qu’il reconnaîtrait la juridiction de la Cour pénale internationale à partir du 1er février 2021.

Le gouvernement d’unité nationale (NUG) et le Chin National Front (CNF) ont annoncé le 28 mai un accord visant à joindre leurs forces afin « d’abattre la dictature ». Le CNF est le premier groupe armé ethnique à signer un accord avec le NUG.

Le NUG a publié un communiqué le 31 mai pour exprimer son inquiétude à l’égard de Daw Aung San Suu Kyi et du président Win Myint et Myo Aung qui ont été transférés dans des lieux inconnus.

Le NUG a publié un communiqué le 1er juin demandant à tous les membres des forces de sécurité de ne pas obéir aux généraux et de défendre la sécurité de la population.

Le NUG a publié le 3 juin une déclaration relative à la minorité Rohingya mettant en exergue plusieurs éléments : rendre justice à la communauté Rohingya pour les crimes commis à leur encontre, prendre en compte les recommandations de la commission Annan, abolir la loi sur la citoyenneté de 1982 et adopter une nouvelle loi sur la citoyenneté, abolir le processus de National Verification Card (NVC), inviter les Rohingyas à participer à la « Spring Revolution ».

State Administrative Council

Min Aung Hlaing s’est déplacé cette semaine dans l’Etat Môn, et a notamment rencontré le personnel militaire à Mawlamyine. Il a inauguré une cérémonie de changement d’appellation du pont Bogyoke Aung San, devenu « Thanlwin Bridge ». Selon le commandant-en-chef, le changement de nom du pont s’est effectué conformément à la volonté du peuple. Il y a 4 ans, les habitants de l’Etat Mon s’étaient opposés à la décision de la Ligue Nationale pour la Démocratie (LND) de nommer le pont « Aung San », en référence au père de l’indépendance de Birmanie, préférant le nom de « Chaungzon Bridge » ou « Yarmanya » qui signifie Etat Mon en langue môn.

Le commandant-en-chef s’est également déplacé dans l’Etat Karen. A Hpa-An, il a rencontré le moine U Kawidaza, connu pour ses positions extrémistes proches du mouvement Ma Ba Tha. En 2019, il est devenu le président de la Fondation Buddha Dhamma Parahita, une organisation qui a succédé à Ma Ba Tha après sa dissolution en 2017.

La commission électorale de l’Union a demandé au Ministre de l’Intérieur du State Administrative Council (SAC) de vérifier si l’un des 93 partis politiques enregistrés avait enfreint la loi sur l’enregistrement des partis politiques (Political Parties Registration Law). Selon cette dernière, un parti doit être dissout s’il a des liens avec des organisations terroristes ou illégales. Il pourrait s’agir d’une tentative du SAC de trouver une justification légale à la dissolution de la LND, mais également d’autres partis qui ont collaboré avec le CRPH/NUG (Kayah State Democratic Party, Ta’ang National Party, Kachin State People’s Party (KSPP), etc).

Partis/groupes ethniques

Les 11 groupes de la société civile Pa-O ont demandé au groupe armé Pa-O National Organization (PNO) de ne pas coopérer avec les forces de sécurité birmane, alors qu’il était engagé dans des combats aux côtés de la Tatmadaw dans l’Etat Kayah.

Les forces de sécurité ont tenté d’isoler la ville de Paletwa situé dans l’Etat Chin, suite à deux explosions intervenues la semaine dernière. Les militaires ont bloqué les routes menant à cette ville, et aucun habitant n’est autorisé à sortir. Les habitants rapportent que les prix des biens alimentaires de base ont fortement augmenté. La Chinland Defence Force a décliné la responsabilité des deux explosions, accusant l’Arakan Army d’en être à l’origine.

Le porte-parole de la Kachin Independence Army (KIA), le Colonel Naw Bu, a déclaré à la presse que les Forces d’auto-défense (PDF) amenées à être formées dans l’État Kachin devront être placées sous le commandement de la KIA.

Des affrontements ont été rapportés entre les forces de sécurité d’une part et la Myawaddy People’s Defence Force (PDF) et la Democratic Karen Benevolent Army Brigade 5 (DKBA -5) d’autre part dans l’Etat Karen. 32 soldats de la Tatmadaw, dont 3 membres de la Border Guard Force (BGF) seraient décédés dans ces affrontements. Plus de 500 habitants ont dû fuir Palu (Myawaddy township, Etat Karen) et trouver refuge en Thaïlande.

Relations extérieures

En perspective de la 109ème session de l’Organisation internationale du travail (OIT), prévue le 3 juin, le gouvernement d’unité nationale (NUG) et le State Administrative Council (SAC) ont proposé des délégations pour représenter la Birmanie. Un comité d’accréditation a décidé d’exclure la Birmanie de cette session et de s’en remettre à la décision de l’assemblée générale des Nations Unies (AGNU) de septembre.

Une délégation de l’ASEAN, composée du vice-ministre brunéien des affaires étrangères, Erywan Yusof, et du secrétaire générale (SG) de l’ASEAN, Lim Jock Hoi, est arrivée le 3 juin en Birmanie. Elle doit rencontrer Min Aung Hlaing aujourd’hui. Ce déplacement intervient 5 semaines après que les pays de l’ASEAN ont adopté un consensus en 5 points pour mettre fin aux violences en Birmanie. Les Ministres des affaires étrangères de l’ASEAN doivent ensuite se rencontrer en Chine lors du sommet annuel ASEAN-Chine. La ministre indonésienne des affaires étrangères a, par ailleurs, appelé l’ASEAN à nommer immédiatement un envoyé spécial pour la Birmanie.

Le président du comité international de la Croix-Rouge (CICR), Peter Maurer, s’est rendu à Nay Pyi Taw le 3 juin et a rencontré le général Min Aung Hlaing. Les échanges ont porté sur la demande du CICR d’accéder aux prisons et de gagner en accès humanitaire dans les zones de conflit.

Josep Borrell, le Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères, a annoncé le 3 juin lors d’une visite à Jakarta qu’un troisième train de sanctions était en préparation et qu’il serait approuvé dans les jours à venir.

JPEG
Explication : une déplacée de guerre souhaite que les élèves qui ont la chance pour retourner à l’école soient heureux.

publié le 28/06/2021

haut de la page