Synthèse de la presse Semaine du 11 au 18 juin 2021

Arrestations/libération

Le journal d’Etat a publié le 14 juin un article annonçant l’inculpation de la directrice du programme national de vaccination, Dr Htar Htar Lin, pour avoir violé l’article 505 du code pénal et prétendument assisté le gouvernement d’unité nationale (NUG).

L’éditeur en chef de Kamayut Media, Nathan Maung, un ressortissant américain d’origine birmane, a été libéré le 15 juin en vue d’être transféré directement aux Etats-Unis. Il avait été arrêté avec son confrère Han Thar Nyein le 9 mars 2021. Celui-ci est toujours détenu et poursuivi au titre de l’article 505a du code pénal.

Répression

En début de semaine, le village de Kin Ma, dans le township de Pauk (région de Magwe), a été incendié par les forces de sécurité et plus de 230 maisons ont été détruites. Le village a été réduit en cendre. 2 personnes âgées résidentes dans ce village ont perdu la vie. Le journal d’Etat accuse des « terroristes » d’être à l’origine des maisons incendiées.

Procès des hautes autorités de l’Etat

Le 14 juin, Daw Aung San Suu Kyi a comparu pour importation illégale de talkies-walkies, non-respect des restrictions liées au coronavirus (loi sur la gestion des catastrophes naturelles) et violation d’une loi sur les télécommunications. Dans une deuxième procédure, elle a comparu le 15 juin pour sédition aux côtés du président de la République U Win Myint. Les témoignages de l’accusation ont été entendus. Les avocats de Daw Aung San Suu Kyi ont contesté les preuves présentées par l’accusation lors de son procès portant sur la violation de la loi sur la gestion des catastrophes naturelles (Covid-19). En effet, l’accusation a montré des photos de la Conseillère pour l’Etat prenant part à un meeting de campagne électorale. Les avocats ont rejeté ces preuves, arguant qu’il ne s’agissait pas des photos originales.

Les Birmans sont par ailleurs appelés à participer à la grève des fleurs (Flower Strike) à l’occasion du 76e anniversaire d’Aung San Suu Kyi, qui aura lieu samedi, pour demander sa libération.

State Administrative Council

Le State Administrative Council (SAC) a donné une conférence de presse le vendredi 11 juin. A cette occasion, un ancien député de l’Union Solidarity and Development Party (USDP) a demandé s’il était possible de fournir des armes aux administrateurs locaux dans des zones reculées. Le porte-parole du SAC, Zaw Min Tun, a accueilli favorablement cette proposition.

Le Ministre de l’Intérieur du SAC a lancé une enquête visant les partis politiques qui auraient des liens avec le comité des représentants du Parlement de l’Union (CRPH), le gouvernement d’unité nationale (NUG) ou la People’s Defence Force (PDF). 5 partis politiques ont fait l’objet d’un examen : People’s Party (PP), la Shan Nationalities League for Democracy (SNLD), le New National Democratic Party (NNDP), la National Democratic Force (NDF) et le Democratic Party.

Lors d’une conversation téléphonique Viber, la femme du Ministre de l’intérieur du SAC, Daw Nilar Sein, a reconnu avoir peur pour sa sécurité et avance que 30 combattants de l’opposition seraient à Pyinmana (Nay Pyi Taw) dans le but de porter atteinte aux résidences de certains hauts représentants militaires. Elle accuse Dr. Zaw Wai Soe, ministre du NUG en charge de l’éducation et de la santé, d’être à l’origine des attaques meurtrières à l’encontre des forces de sécurité.

Dans le township de Wakema (région Ayeyawaddy), les forces de sécurité ont demandé à chaque administrateur local de fournir 20 hommes âgés entre 18 et 35 ans pour participer à une semaine d’entraînement militaire, avant d’être intégrés dans des milices sous contrôle de l’armée.

Zones ethniques

Le journal d’Etat a rapporté que la Karen National Defence Organization (KNDO) était à l’origine du décès de 25 employés travaillant sur la construction d’un pont à Waw Lay town, dans le township de Myawaddy (Etat Karen). La Karen National Defence Organization (KNDO) a déclaré que les 25 travailleurs décédés n’étaient pas des civils mais des militaires sous couverture chargés de collecter de l’information sur les groupes ethniques armés. Suite à cet incident, la Karen National Union (KNU) a publié un communiqué déclarant que l’organisation allait enquêter sur les accusations à l’encontre de la Karen National Defence Organization (KNDO).

La Karenni Nationalities Defence Force (KNDF) a annoncé une trêve dans l’Etat Kayah, compte tenu de l’impact sur la population civile et du nombre de déplacés internes qui s’élève à plus de 100 000. Certains membres de la KNDF indiquent que l’annonce de cette trêve ne représente pas l’avis de tous les combattants karenni engagés dans le combat, mais seulement de 3 groupes armés karenni : la Karenni National People’s Liberation Front (KNPLF), la Karenni National Peace and Development Party (KNPDP) et la Kayan New Land Party (KNLP).

Relations extérieures

Le Ministre de l’Industrie du SAC, Dr Charlie Than, a reçu l’Ambassadeur de Russie à Nay Pyi Taw le 14 juin. Les discussions ont porté sur la relance de l’usine d’acier « Pinpet » située dans l’Etat Shan, l’invitation d’experts russes, la production conjointe de médicaments et la coopération dans les secteurs de la production de caoutchouc et du textile.

Le chef adjoint australien des forces de la défense, David Johnston, a échangé le 16 juin par voie téléphonique avec le numéro 2 de l’armée birmane, Soe Win. Il a appelé à la libération immédiate de Sean Turnell. Il s’agit de leur 2ème échange téléphonique depuis le coup d’Etat.

JPEG
Crédit : The Irrawaddy
Les forces de sécurité ont peur d’être attaquées à chaque fois que quelqu’un passe

publié le 29/06/2021

haut de la page