Des sapeurs-pompiers français initient leurs homologues birmans aux techniques de sauvetage en situation de catastrophe

Dans le cadre de la coopération entre la France et la Birmanie dans le domaine de la protection civile, la Direction de la Coopération de Sécurité et Défense du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, la Direction de la Coopération internationale du ministère de l’Intérieur et la Sécurité civile ont organisé du 22 au 27 octobre 2017 à Rangoun, une session de formation aux techniques de recherche et de sauvetage de personnes ensevelies sous des décombres.

JPEG
Ce stage a été monté par la direction générale des services d’incendie de Birmanie et a lieu au centre de formation national de Rangoun. Il consistait à faire connaître le savoir-faire français en matière de recherche de victimes sous des immeubles effondrés à la suite de tremblements de terre, de glissements ou d’affaissements de terrain ou d’explosions de gaz. Afin de faciliter l’acquisition de connaissances venues de l’étranger, l’enseignement prodigué a été basé sur les référentiels de l’organisation des Nations Unies - Bureau de la Coordination des Affaires humanitaires (OCHA), référence internationale en la matière.
Sous la conduite du contrôleur général Eric Peuch, conseiller régional pour la protection civile basé à Singapour, deux experts français venus du service départemental d’Incendie et de secours du Doubs ont assuré des cours théoriques et des exercices pratiques avec les matériels dont les pompiers birmans disposaient.

JPEG
30 officiers, la plupart exerçant des fonctions opérationnelles dans des centres de secours ou de responsables locaux de la formation ont participé avec enthousiasme et assiduité aux enseignements prodigués. La plupart avaient des connaissances satisfaisantes dans le domaine des sauvetages avec cordes et échelles et ils se sont montrés très intéressés par de nouvelles techniques.
En fin de session, tous ont reçu un certificat officiel en présence de leur directeur général U Tin Moe et de Monsieur Olivier Richard, ambassadeur de France, qui a tenu à témoigner par sa présence de la qualité de l’organisation de cette action de coopération et de l’importance qu’il y attachait. Il a rappelé que le secours aux personnes est une mission universelle qui ne peut être menée à bien qu’après des formations et des entrainements solides et partagés. La volonté de contribution de la France à cet égard reste entière envers la Birmanie.

publié le 27/10/2017

haut de la page