Chroniques de Birmanie (semaine du 5 au 11 février 2018)

Veuillez trouver, ci-joint, une synthèse de l’actualité présentée dans la presse birmane au cours de la période du 5 au 11 février 2018.

Les faits marquants de la période ont été :

• Les visites dans le Rakhine de délégations de diplomates et représentants des Nations Unies afin d’inspecter les dispositions prises par le gouvernement pour le rapatriement des réfugiés.
• L’appel de l’ASEAN à un retour volontaire, rapide et sécurisé des réfugiés.
• La volonté de huit pays de débattre du sort des réfugiés au Bangladesh au sein du Conseil de Sécurité des Nations Unies.
• La déclaration du ministère de l’intérieur selon laquelle l’assassinat de Bo Bo Min Theik aurait été commandité par l’Arakan Army et le démenti de ces accusations par le porte-parole de ce groupe ethnique.
• L’inculpation pour haute trahison du parlementaire Aye Maung et de l’écrivain Wai Han Aung.
• Le projet de poursuite judiciaire à l’encontre de l’agence Associated Press pour son reportage sur l’existence de 5 fosses communes.
• La mise en place d’une cour martiale pour enquêter sur l’implication présumée de 7 soldats dans le massacre de 10 Rohingyas à Inn Din.
• La manifestation à Myitkyina appelant le gouvernement à ouvrir l’accès aux organisations humanitaires et à secourir les personnes bloquées dans les conflits entre l’armée et la Kachin Independence Army (KIA).
• La demande par l’armée du retrait des troupes de la KIA de ses positions dans le Kachin.
• L’annonce de la signature de l’accord national de cessez-le-feu le 13 février par les deux groupes ethniques New Mon State Party et Lahu Democratic Union.
• La fusion de quatre partis politiques de l’Etat Kayin.
• Les erreurs factuelles de la police dénoncées par les deux journalistes de l’agence Reuters à l’issue de l’audience au tribunal du 6 février et la déclaration du témoin selon laquelle il aurait brûlé ses notes prises lors de l’arrestation.
• Les déclarations de l’avocat du meurtrier de Ko Ni selon lesquelles ce dernier aurait fait l’objet de menaces et ne connaitraît pas le cerveau de cette affaire.
• La visite de Boris Johnson en Birmanie et ses discussions avec la conseillère pour l’Etat concernant la nécessité d’autoriser une enquête sur les violences dans le nord Rakhine.
• La difficulté des banques birmanes dans la mise en œuvre de la nouvelle réglementation de la banque centrale de Birmanie.
• La volonté chinoise de construire un couloir économique sino-birman.
• L’approbation de 4 projets d’importation de gaz naturel liquéfié dont celui de Total et Siemens.

PDF - 423.2 ko
(PDF - 423.2 ko)

publié le 13/02/2018

haut de la page