Birmanie - Violences contre les Rohingyas (25 août 2022)

Il y a cinq ans aujourd’hui, les militaires birmans engageaient une campagne d’exactions à l’encontre de la minorité rohingya, provoquant une crise humanitaire d’une ampleur inédite et le déplacement de près d’un million de personnes. La crise politique depuis le coup d’Etat du 1er février 2021 a aggravé la situation sécuritaire et éloigné la perspective d’un retour des réfugiés.

Alors que les violences perpétrées par les forces de sécurité birmanes se poursuivent, la France appelle à leur cessation immédiate et sans conditions.
Avec ses partenaires européens et dans le cadre de l’action des Nations unies, la France poursuivra son engagement humanitaire en faveur des personnes déplacées et des réfugiés. Elle demande un accès humanitaire sans entrave aux populations vulnérables. Elle salue le rôle du Bangladesh, qui n’a cessé de démontrer sa solidarité en hébergeant des centaines de milliers de personnes sur son territoire.
La France continuera de promouvoir la lutte contre l’impunité des responsables des crimes commis en Birmanie contre la population civile.

La France soutient les efforts de l’ASEAN et de son Envoyé spécial pour la Birmanie en faveur de l’établissement d’un processus de dialogue politique incluant l’opposition démocratique, qui est une condition indispensable à la sortie de crise dans ce pays.

publié le 30/09/2022

haut de la page